Commémoration du 102e anniversaire de l’Armistice de 1918 [es]

Discours de l’Ambassadeur Roland Dubertrand prononcé le 11 novembre 2020 au Mausolée français du Cimetière général de Santiago.

Mesdames, Messieurs, chers amis,

C’est un jour très particulier qui nous réunit aujourd’hui. Il y a un siècle exactement, le Soldat inconnu était inhumé sous l’Arc de triomphe à Paris.

Par cet hommage qui lui était rendu, la France faisait mémoire de tous ses enfants tombés au champ d’honneur dans le dévastateur conflit de la Première Guerre mondiale. Les familles des victimes, endeuillées et meurtries, pouvaient également se recueillir et trouver réconfort dans la reconnaissance de la Patrie pour ses fils disparus.

À quoi ressemblaient ces héros ? À des hommes vulnérables, exténués par quatre années de combats, des hommes qui s’en allaient sans toujours penser revenir. Des hommes qui laissaient leurs foyers pour accomplir le devoir suprême. Des hommes qui ont quitté leur monde, y compris ici au Chili, et se sont mis en mouvement, mus par le même appel de la défense du pays. Des hommes ordinaires animés par l’extraordinaire, des hommes courageux, prêts à surmonter leurs peurs et faiblesses et à se sacrifier pour la France.

Le 11 novembre 1918, la victoire est acquise. Une victoire payée chèrement et qui nous oblige. Tous ces hommes, toutes ces femmes, toutes ces familles qui, il y a cent ans, ont participé d’une manière ou d’une autre à la Grande Guerre, se sont dévoués, se sont battus et sont morts pour notre liberté, pour la défense de nos valeurs et de nos idéaux, enjeu qui reste d’actualité aujourd’hui. Le sacrifice de ces Français venus de tous les horizons nécessite d’en faire mémoire. Il nous rappelle la dignité et les devoirs que nous confère notre appartenance à la Nation.

Aujourd’hui, en 2020, notre monde est confronté à de nouveaux défis, la pandémie, les extrémismes... Même si les épreuves ne sont pas comparables à celles qu’ont traversées nos aînés il y a un siècle, ils affectent nos vies, nos comportements, notre société toute entière. Ils propagent des souffrances et inspirent la peur. Si cette situation bouscule notre quotidien et peut être difficile, nous ne devons pas laisser l’émotion dicter notre conduite, ni céder à la tentation du repli sur soi. Pour surmonter cette crise, à l’image de nos aînés, nous devons faire preuve de détermination et de solidarité, aller de l’avant avec nos alliés et partenaires.

Aujourd’hui, nous nous remémorons les Français du Chili qui ont pris part à la Grande Guerre et nous réaffirmons la longue amitié entretenue entre nos deux pays. En ce jour, nous rendons également hommage à tous les soldats morts pour la France, vingt depuis le début de cette année ; notre pays est engagé sur plusieurs théâtres d’opérations extérieures où il est amené à payer le prix du sang pour défendre la paix et préserver nos valeurs, inscrites dans les principes qui fondent les Nations Unies.

Ensemble, aux côtés de la 4ème compagnie « Pompe France » de Santiago que je remercie et qui perpétue le souvenir de nos Anciens combattants, n’oublions pas les sacrifices de la Première Guerre mondiale, ni ceux des volontaires d’aujourd’hui, restons unis face aux nouveaux défis et, en confiance, tournons-nous vers l’avenir.

Vive la République, vive le Chili et vive la France !

Retrouvez également le message de Geneviève Darrieusecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants
Word - 50.9 ko
Message de Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants
(Word - 50.9 ko)

publie le 12/11/2020

haut de la page