Conférence " l’Homme augmenté : danger ou progrès pour l’Humanité ?"

Jean-Pierre Changeux, neurobiologiste et Professeur au Collège de France sera à l’Institut Français du Chili pour débattre autour du thème « L’Homme augmenté…Danger ou progrès pour l’Humanité ? ».

Mardi 26 janvier, 19h00
Institut français du Chili (Francisco Noguera 176, Providencia).
Entrée gratuite, places limitées/ uniquement en français

JPEG

Jean-Pierre Changeux, neurobiologiste et Professeur au Collège de France sera à l’Institut Français du Chili pour débattre autour du thème « L’Homme augmenté…Danger ou progrès pour l’Humanité ? ».

Cette rencontre, uniquement en français, aura lieu mardi 26 janvier 2016 à 19h00. (Entrée libre, nombre de places limité).

Dans son livre, l’Obsolescence de l’Homme (1956), le penseur autrichien, Gunther Anders, s’inquiète qu’après Hiroshima le décalage s’élargit entre la capacité de l’Homme à fabriquer, induite par la technique moderne en plein développement et sa capacité à se représenter le produit, l’effet final de cette fabrication.L’homme risque de ne plus reconnaître ses actes, conduisant à aveuglement et irresponsabilité.

La philosophie transhumaniste, à l’opposé, fait la promotion de l’amélioration de la condition humaine à travers toutes les technologies du vivant, comme l’élimination du vieillissement, l’immortalité…et l’augmentation des capacités intellectuelles, physiques ou psychologiques.

Le débat est ouvert sur ce que peut être la vie bonne, le bonheur dans la convivialité et une vie « spirituelle » séculaire « quitte à consentir à ce que demeure du fragile dans l’humain » (Jean-Marie Besnier).

JEAN-PIERRE CHANGEUX

Neurobiologiste et Professeur au Collège de France, Jean-Pierre Changeux est actuellement co-directeur de la Division d’Ethique et Société du Humain Brain Project, projet financé par l’Union Européenne. Il est aussi président de la commission interministérielle pour la conservation du patrimoine artistique français et membre du conseil scientifique de l’Agence Internationale des Musées.

Ses recherches ont constitué un apport fondamental pour comprendre les mécanismes de la communication cellulaire, le développement du système nerveux central ainsi que les bases neuronales de la cognition et de la conscience. (Source : Faculté de médecine de l’Université du Chili).

publie le 18/01/2016

haut de la page