Discours de Mme l’Ambassadeur (décoration de M. Homero Vasquez)

Honorable...
Señoras y Señores,
Estimados Amigos y Amigas...
Estimado Homero Vasquez :

Cher Homero Vasquez, je suis très heureuse de vous accueillir ce soir, entouré de votre famille et de vos amis, pour honorer en vous un homme d’engagement dévoué tant à votre pays d’origine, le Chili, qu’à votre pays d’adoption, la France. Vous exercez sans doute l’un des plus beaux métiers du monde, celui de médecin, et vous l’exercez avec compétence et humanisme.

C’est un honneur pour moi d’être parmi vous ce soir, à la Résidence de France, afin de partager avec vous et tous ceux qui vous sont chers ce moment solennel et de joie qu’est votre nomination au grade de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite. Cher Homero, à travers cette décoration, mon pays a souhaité saluer votre parcours professionnel, votre engagement constant en matière de santé publique, ainsi que votre dévouement à la France, dont vous êtes le citoyen depuis plus de 25 ans. Par cette décoration, nous tenons également à reconnaître votre rôle dans l’approfondissement des liens d’amitié et de coopération entre la France et le Chili.

Né à Santiago du Chili, vous entamez vos études médicales à l’Université de Concepción. Suite au tremblement de terre de 1960, vous êtes amené à poursuivre votre formation à l’Université du Chili. Après avoir effectué votre internat en Obstétrique et Chirurgie à l’Hôpital de l’Université du Chili et à l’Hôpital Barros Lucos de Santiago, vous êtes diplômé en 1966. Vous choisissez alors de partir exercer la médecine en milieu rural, expérience que vous racontez avec conviction dans un ouvrage commun publié très récemment, « Calbuco, Castro, Quellón 1962-1973 . Memoria y Salud en la XII zona », dans lequel vous évoquez la « mística de la solidaridad y de la equidad » qui vous habitait et, sans aucun doute, vous habitera tout au long de votre carrière médicale.

Alors que vous exercez en tant que chirurgien puis Directeur de l’Hôpital de Quellón à Chiloé, vous concevez un modèle d’attention médicale rurale : ce programme de santé publique reçoit le Premier prix de l’Ordre des médecins du Chili. Vous démontrez par là une nouvelle fois votre engagement, toujours croissant depuis vos années d’étudiant, pour Chiloé et pour la santé publique du Chili, poursuivant un idéal, celui d’une société solidaire. La solidarité est une valeur à laquelle vous croyez profondément, et dont vous êtes convaincu qu’elle passe en partie par la médecine.

Pendant les sept années précédent la dictature, vous exercez de hautes responsabilités dans plusieurs hôpitaux du sud du Chili. En 1973, vous êtes précipitamment envoyé à Chuquicamata par le Président Salvador Allende sur les conseils de votre ami Hernan Sandoval. Vous êtes nommé médecin directeur de l’Hôpital de Chuquicamata, ville du Nord du Chili. Votre histoire française commencera peu de temps après, dans des conditions difficiles : alors que vous êtes à Paris pour un Congrès de médecine du travail en compagnie d’Hernan Sandoval, vous apprenez par les médias français le coup d’Etat qui vient d’avoir lieu au Chili. Vous décidez alors de rester en France où votre famille vous rejoint trois mois plus tard. Vous y resterez près de 30 ans.

Très rapidement après votre arrivée en France, vous faites le choix de ne pas être un « personnage en transit » ; vous ne souhaitiez pas vous adapter à la France mais bien être adoptée par elle. Accueilli par le Professeur Antoine Laselve à Saint-Etienne, vous passez alors le concours de médecin résident étranger dans l’optique de vous installer en France et vous vous spécialisez en Gynécologie-obstétrique. Vous exercez vos activités médicales au service de la France, au sein du CHRU de Saint-Etienne, pendant 24 ans. Vous avez acquis la nationalité française en 1981. A cette époque, vous êtes également membre du groupe des fondateurs du SAMU de Saint-Etienne, enseignant dans diverses écoles d’infirmières et poursuivez de manière continue votre formation médicale.

Mais vous n’oubliez pas votre pays natal. Après votre retraite française, vous décidez de poursuivre votre spécialisation sur les problématiques de santé publique : vous choisissez le thème de la qualité, auquel vous vous dédiez depuis lors. Une nouvelle fois, votre chemin croisera celui de votre ami de longue date, Hernan Sandoval, nommé par le Président Lagos pour réaliser la réforme de la santé, dont l’objectif est de mettre progressivement fin aux inégalités en matière de santé. Vous êtes alors invité à préparer un projet sur le système de qualité de la médecine au Chili. En 2002, votre retour au Chili vous permettra également de devenir un acteur clé des liens d’amitié et de coopération qui unissent vos deux pays.

Votre projet de loi sur la qualité est adopté : il devient le cadre légal de la qualité pour le système de santé chilien. Vous êtes l’un des penseurs de l’actuel système chilien de santé publique, issu d’une des réformes les plus emblématiques depuis le retour du Chili à la démocratie : le plan Auge.

Le 1er juillet 2004, vous êtes nommé Chef du Département Qualité du Ministère Chilien de la Santé et êtes chargé de la mise en place de votre projet. Depuis cette date vous oeuvrez sans compter pour l’amélioration du dispositif de santé publique du Chili. Vous quitterez ce poste à la fin du mois pour prendre votre retraite chilienne. Mais ce n’est qu’un nouveau départ. Votre engagement pour la santé publique et votre compétence en matière de qualité seront désormais au service de la communauté internationale, puisque vous intégrez l’Organisation Mondiale de la Santé, et plus particulièrement l’Oficina panamericana de Salud, en septembre 2007. Je profite de cette occasion pour vous souhaiter beaucoup de réussite dans cette nouvelle étape importante de votre carrière professionnelle.

Dès votre prise de fonctions à la Direction du Département de Qualité du Ministère chilien de la santé, vous établissez des relations étroites avec l’Ambassade de France à Santiago et son service de coopération. Vous concevez la coopération comme un instrument primordial pour la circulation du savoir-faire ; vous parler de la « lumière de la France » et de votre volonté de participer à son rayonnement au Chili. En matière d’accréditation et de qualité, vous établirez dès 2004 une coopération approfondie avec la Haute Autorité en Santé qui se concrétisera par l’échange d’expertise et la formation professionnelle. En 2005, alors que vous travaillez sur la régionalisation des banques de sang du Chili et sur le développement de la donation altruiste de sang, vous développez une nouvelle coopération avec l’Etablissement Français du Sang. J’ai eu moi même l’opportunité de constater tant votre implication dans le système de santé chilien que cette étroite coopération franco-chilienne en matière de transfusion sanguine dont vous êtes un personnage clé, en assistant le 14 juin 2006 au côté de la Ministre de la Santé, à l’inauguration du deuxième centre régional de sang du Chili, le Centre régional des IV et V régions.

La France, aujourd’hui, souhaite rendre hommage à votre dévouement à la chose publique, à votre combat pour la solidarité, à votre engagement pour le rapprochement entre la France et le Chili, à un francais et à un chilien qui fait honneur à ses deux patries

Dr Homero Vasquez, au nom du Président de la république et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons Chevalier dans l’Ordre National du Mérite.

.

publie le 22/11/2007

haut de la page