Discours de Mme l’Ambassadrice (décoration de M. Purcell)

Monsieur le commandant en chef de la marine chilienne (amiral Edmundo Gonzalez Robles),
Messieurs les amiraux,
Monsieur le commodore Purcell,
Messieurs les officiers de marine,
Mesdames, messieurs,

Il m’est particulièrement agréable de recevoir dans la résidence de France á Santiago une assemblée hautement distinguée de la marine chilienne (la Armada) arborant élégamment leurs tenues bleu marine symbolique pour honorer un officier particulièrement méritant : le commodore Purcell.
Je suis très sensible á la présence du commandant en chef de la Armada, amiral Edmundo Gonzalez, qui atteste l’estime qu’il porte au récipiendaire et au symbole d’une décoration officielle française.

J’apprécie aussi la présence des épouses et des enfants qui sont venus partager ce moment privilégié pour tout militaire de remise d’une légitime et symbolique récompense.

Il ne m’appartient pas d’évoquer les services rendus par le commodore Purcell à la Armada du Chili quoique son grade et les diverses responsabilités exercées au cours de sa belle carrière attestent ses talents et mérites. Ses fonctions actuelles, responsable du bien-être et partant du moral du personnel de la Armada, n’étant pas les moindres compte tenu de l’importance du facteur humain dans toutes les institutions militaires et tout particulièrement parmi les équipages des bâtiments de la flotte de haute mer qui affrontent des mers et des climats difficiles notamment dans le sud du chili.

On dit que les qualités des militaires sont opposées à celles des diplomates. Une histoire plaisante raconte qu’un bon diplomate quand il dit oui cela veut dire peut-être, quand il dit peut-être cela veut dire non et s’il dit non ce n’est pas un bon diplomate.

Alors que le militaire c’est un peu différent : quand il dit oui cela veut dire oui, quand il dit non cela veut dire non et s’il dit peut-être ce n’est pas un bon militaire.

Plus sérieusement, le commodore Purcell fait mentir cette vision amusante certes mais sans doute un peu caricaturale. Il est en effet et sa carrière l’atteste un excellent militaire mais il fut aussi un excellent diplomate en tant qu’attaché militaire et naval près l’ambassade du Chili à Paris de janvier 2004 à décembre 2005.

Dans ses fonctions il a été apprécié pour sa bonne connaissance de la langue française, préalable indispensable à ce type de mission, l’intérêt qu’il a porté á l’exécution de sa mission originale et diversifiée ainsi que son ouverture d’esprit qui lui ont permis de nouer des contacts fructueux et amicaux avec ses nombreux correspondants français.

Il s’est notamment attaché à maintenir et à développer les bonnes relations entre les armées françaises et chiliennes que les couleurs identiques des drapeaux associent.

Il s’est aussi particulièrement impliqué avec efficacité dans les échanges bilatéraux et l’organisation des visites des autorités des deux pays si proches tant géographiquement (puisque nous sommes des voisins du pacifique et des latino-américains par notre présence en Guyane d’où sera lancé le satellite d’observation chilien) que par les choix de société comme le rappelait récemment le ministre de la défense monsieur Hervé Morin au cours de sa visite officielle à Santiago la semaine dernière.


Du point de vue français le commodore Purcell a donc été un excellent diplomate et la France souhaitant reconnaître les mérites et la qualité des services rendus par le commodore Purcell, le ministre de la défense français lui décerne à titre exceptionnel la médaille d’or de la défense nationale française.

Je demande à l’attaché de défense, le colonel Thierry Vincent, de procéder à la remise de la décoration.

publie le 13/11/2009

haut de la page