Discours de l’Ambassadeur (Décoration de Mme Velit)

Chère Cecilia Velit

Nous sommes réunis ce soir autour de vos proches, votre famille, vos amis, vos collègues, pour rendre honneur à votre carrière et à votre travail au service de la coopération universitaire et scientifique ente le Chili et la France. En effet, depuis 15 ans, au sein du département des relations internationales de la Conicyt, vous êtes la coordonnatrice des programmes de coopération avec plusieurs pays européens dont la France et œuvrez très efficacement au développement de nos relations scientifiques.
JPEG
Les éléments de votre biographie me laissent entendre que vous vous êtes tournée très rapidement vers notre pays et peut être même, étiez-vous prédestinée à accomplir une tâche en faveur du développement des relations franco-chiliennes. Née au Pérou, vous avez effectué votre scolarité au lycée français de Lima. Ce choix n’était pas un hasard : votre famille tant du côté maternel que paternel entretenait des liens forts avec la France. Votre grand-père maternel, Luis Suárez Cruz, avant d’obtenir son diplôme de médecine à l’université de Paris, fut interne dans un hôpital parisien pendant la Grande Guerre. Les services qu’il a rendus à la France dans cette tragique épreuve lui avaient valu, déjà ! la médaille d’honneur de la société de secours aux grands blessés de guerre. Votre père ensuite, Ernesto Velit Granda, pédiatre, obtenait une bourse du gouvernement français pour une spécialisation en endocrinologie à l’hôpital Necker. Vous avez donc baigné dès votre plus tendre enfance dans une ambiance francophile et bien sûr péruvienne.

Lauréate d’une bourse à votre sortie du lycée en 1977, vous allez étudier en Pologne, à Cracovie. Puis vous rejoignez vos parents à Paris et suivez un cursus complet en sociologie à l’université de Paris-Vincennes dont vous êtes diplômée. C’est à Paris que vous rencontrez Patricio Velasco avec qui vous vous mariez et avez 3 enfants qui ont suivi ou suivent pour les deux plus jeunes, les cours du lycée français de Santiago.

Vous accompagnez Patricio quand il rentre au Chili puis repartez avec lui quelques mois plus tard au Pérou. A Lima, vous vous engagez dans l’humanitaire auprès d’une association venant en aide aux enfants de la rue. Après deux années passées au Pérou, vous vous installez au Chili et poursuivez votre travail associatif avec des études sur les jeunes des banlieues de Santiago.

C’est en 1997 que vous entrez à la Conicyt où vous êtes nommée responsable de la coordination des programmes de coopération, notamment avec la France. Vous participez alors très activement à la consolidation de cette coopération --- en particulier les accords ECOS–Conicyt ---, à la création de nouveaux outils comme les programmes multilatéraux Math et Stic Am Sud et au suivi de l’application des accords liant la Conicyt et le CNRS, l’INSERM et l’IRD.
Votre action est reconnue et appréciée au sein de la Conicyt : vous êtes souvent choisie pour la représenter lors des réunions avec des organismes partenaires. Votre compétence, votre efficacité et votre sensibilité sont également reconnues et appréciées chez mes collaborateurs et nous vous sommes reconnaissants de la qualité des relations que vous avez su établir entre la Conicyt et notre ambassade.

Je suis en effet convaincu que votre connaissance profonde de la France, que votre expérience de l’étranger et de la diversité de ses cultures, que votre engagement associatif au service des moins favorisés ont fortement contribué au développement de nos relations et à l’aplanissement de difficultés qui viennent parfois d’approches et de conceptions différentes. Ainsi, votre intervention a été déterminante pour la signature en 2009 de l’accord Conicyt -ANR.
Vous et votre famille offrez un bel exemple de ce que les échanges internationaux apportent aux personnes qui acceptent de s’y engager. Cela nous conforte dans nos efforts pour maintenir vivante notre présence à l’étranger. Merci donc. Et merci pour le valeureux travail que vous accomplissez pour rapprocher et faire travailler ensemble scientifiques chiliens et français.

Ainsi, au nom des pouvoirs qui me sont conférés, j’ai le plaisir, chère Cecilia Velit, de vous faire Chevalier dans l’Ordre National du Mérite.

Santiago, mars 2012

publie le 13/03/2012

haut de la page