Discours décoration Ernesto Ottone

Chers amis et amies,

Je suis très heureux de vous accueillir , cher Ernesto Ottone, entouré de tous vos amis, pour vous exprimer l’hommage de mon pays, la France, qui est aussi un peu le vôtre, à l’occasion de cette nomination dans l’Ordre des arts et des lettres.

Nous souhaitons également faire de cette occasion, un moment de fête et d’amitié malgré les circonstances toujours un peu solennelles de ce genre de manifestation.
En proposant de distinguer Ernesto Ottone, ce poste veut honorer l’un des brillants administrateurs culturels chiliens qui, par son dynamisme et son efficacité, incarne le renouveau du pays en matière culturelle.

Votre parcours s’appuie sur une formation initiale très solide dans le domaine des arts et de la culture. Vous avez commencé par être comédien. Vous êtes Licencié en arts, Diplômé de l’école de Théâtre et Diplômé en gestion culturelle de l’Université du Chili. Vous avez, de plus, choisi de compléter ce cursus par un Master en gestion des Institutions et Politiques Culturelles en 1996 à l’Université Paris IX Dauphine. Après vos études, vous avez passé quelques temps à la grande Halle de la Villette, ce qui a sûrement dû vous inspirer plus tard pour concevoir et gérer Matucana 100.

Après deux expériences en gestion culturelle au Théâtre national du Chili et au Centre Culturel de la Gare Mapocho, vous prenez donc la direction en 2001 de ce nouveau centre culturel qu’est Matucana 100, situé dans un quartier très populaire de Santiago dans des anciens hangars de réparation des trains. Nouveau, je ne sais pas si je peux encore employer ce qualificatif : Matucana 100 fait désormais partie de la scène culturelle reconnue de Santiago. En l’espace de quelques années, vous l’avez transformé en l’un des lieux de création et de diffusion les plus performants et les plus fréquentés de la capitale. Chaque année, chaque mois presque, s’ajoute une nouvelle salle, une nouvelle fonction, une nouvelle idée pour le développement de ce centre culturel.

Depuis 1999, vous avez également choisi de partager vos connaissances et votre expérience avec des étudiants en participant à des masters de gestion culturelle dans différentes universités.

Un des points importants, qui nous intéresse particulièrement, nous, Français, est d’avoir su décloisonner les disciplines, mais aussi les formes de représentation artistique, avec la venue des nouveaux supports technologiques, comme la vidéo ou l’art numérique. Matucana 100 est un centre ouvert aux arts plastiques, au cinéma et à toutes les formes du spectacle vivant, que ce soit le théâtre, les musiques, la danse ou le cirque. Vous avez su, dans ce même esprit, ouvrir les portes aux artistes du monde entier, comme le plasticien catalan Jordi Colomer, le photographe belge Marc Cito ou Malik Ohanian, jeune vidéaste français de renommée internationale, pour n’en citer que quelques-uns. Et vous avez accueilli non seulement des artistes chiliens renommés, comme le musicien Angel Parra, José Balmès ou les comédiens et metteurs en scène Rodrigo Pérez et Alfredo Castro, mais vous avez également laissé leur chance à des jeunes artistes chiliens émergents.

Vous êtes également très attaché au modèle culturel français, en termes de développement des publics. Vous avez réussi à fidéliser des publics extrêmement variés, en veillant tout particulièrement à intégrer la population du voisinage au développement du centre culturel. Pour permettre le dialogue entre les créateurs et le public, les portes de Matucana 100 sont ouvertes en permanence, pendant que les artistes sont en train de réaliser leurs œuvres. Les visiteurs ont ainsi la possibilité d’établir un dialogue direct avec eux. De plus, vous avez créé le service éducatif de Matucana 100, dirigé principalement, dans un premier temps, vers les scolaires et les adultes du troisième âge. Il a pour ambition – grande ambition – de susciter l’envie d’art et de culture auprès de la population chilienne.

Le succès de Matucana 100 a entraîné une profonde transformation du quartier qui est en train de devenir un des pôles culturels de la capitale et qui entre dans les projets du gouvernement pour le Bicentenaire du Chili.

A travers vous, la France entend donc distinguer un gestionnaire culturel de très grande qualité, promis à un brillant avenir dans un pays où la culture est récemment redevenue un enjeu, mais aussi un grand ami de la France et un très solide allié de notre coopération culturelle. Pour faire un peu de promotion de cette dernière, vous ne m’en voudrez pas, dans quelques jours va s’ouvrir la semaine de la Francophonie et c’est Matucana 100 qui accueillera l’une des principales manifestations de ce moment de partage de notre langue, avec la présentation du spectacle SOLAM, d’un jeune groupe de musiciens suisses.

Au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, j’ai le plaisir, cher Ernesto OTTONE, de vous faire Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres

publie le 08/10/2009

haut de la page