La France et la CEPALC renouvellent leur accord de coopération pour la période 2019/2020 [es]

L’Ambassadeur de France au Chili, M. Roland DUBERTRAND, et la Secrétaire exécutive de la CEPALC (Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes), Mme Alicia BÁRCENA, ont signé le 22 juillet 2019 un accord renouvelant le mécanisme de coopération entre la France et la CEPALC. Le document réaffirme ainsi la volonté des deux parties de travailler ensemble pour renforcer l’action collective internationale pour le climat.

L’Ambassadeur Roland DUBERTRAND et Mme BÁRCENA ont souligné que les mois à venir seraient marqués par d’importantes échéances internationales, en particulier sur le changement climatique, tels que le Sommet sur le climat et le relèvement des ambitions climatiques, convoqué par le Secrétaire général des Nations Unies le 23 septembre à New York, et la COP25, qui aura lieu à Santiago du Chili du 2 au 13 décembre.

L’Ambassadeur Roland DUBERTRAND a ajouté que le G7, qui se tiendra à Biarritz du 24 au 26 août 2019, serait également un moment important en vue de la COP25 et pour les relations entre la France et l’Amérique latine, grâce à la présence du seul chef d’Etat latino-américain, le Président chilien Sebastián PIÑERA, futur hôte de la COP.

Pour la période 2019/2020, l’accord entre la France et la CEPALC s’organise selon deux axes prioritaires :
- Le suivi de l’Accord de Paris sur le climat et le soutien au cadre mondial pour la biodiversité post-2020,
- Le suivi de la Conférence HABITAT III sur les villes et territoires durables.

Dans ce contexte, il est prévu d’organiser un événement parallèle France-CEPALC dans le cadre de la COP25, visant à partager les bonnes pratiques pour accroître les ambitions climatiques et à promouvoir une décarbonisation rapide et socialement équitable. Il est également prévu d’organiser le séminaire "Dialogue public-privé pour les villes" pendant la troisième Conférence des villes de la CEPALC. Son objectif est de promouvoir un dialogue entre acteurs publics et privés sur le développement urbain durable afin d’identifier comment les deux secteurs peuvent contribuer à la mise en œuvre du nouvel « Agenda urbain » et de l’« Agenda 2030 » dans les villes.

Des institutions et organismes français spécialisés seront associés à cette coopération, tels que l’Agence française de développement (AFD), l’Institut de recherche pour le développement (IRD), l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), le CEREMA (Centre d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et la planification territoriale), l’Ecole Urbaine de Sciences Po et l’Agence française de l’environnement et de la gestion d’énergie (ADEME).

publie le 13/08/2019

haut de la page