Lettre de l’Ambassadrice au Lycée Saint-Exupéry de Santiago [es]

Nicolas, élève de 17 ans en classe de 1ère de votre Lycée Antoine de Saint-Exupéry, figure bien connue et appréciée de ses compagnons de classe, n’est plus. Il s’est donné la mort le 31 août à Santiago, dans des circonstances qui sont connues de tous.

Face à ce drame, nous ne pouvons que nous incliner devant la douleur de ses parents et de sa famille.

Rentrée au Chili il y a quelques jours, mes premières pensées et ma profonde compassion vont d’abord à eux. Je comprends leur douleur, je comprends leur désarroi et je sais que les mots ne pourront malheureusement jamais apaiser leur souffrance.

Ce drame est aussi un choc terrible pour tous les compagnons de classe de Nicolas, pour ses amis et leurs parents, pour ses compagnons du rugby aussi, pour ses enseignants, enfin pour toute la grande famille qu’est le Lycée, et bien sûr pour tous mes collègues de l’Ambassade de France au Chili.

Mes pensées de compassion et d’immense tristesse vont donc aussi vers les autres élèves du Lycée, de tous âges, tous à la fois forts et vulnérables, mais aussi vers leurs enseignants, la communauté éducative et vers la direction du Lycée, qui ont tous la lourde et sensible tâche de guider ces enfants, et ces jeunes, au jour le jour. Je sais qu’ils le font avec passion, avec engagement, voire avec affection, et que leur conduite dans cette situation particulièrement délicate dans la période qui a précédé ce drame a été dictée par le plus grand sens de responsabilité à l’égard de tous les enfants qui leur sont confiés, comme de toute la communauté scolaire.

Ce geste désespéré de Nicolas nous renvoie à nous-mêmes, à notre responsabilité, et nous questionne tous, lycée, parents, société...

Pour Nicolas, pour sa famille et ses amis, pour la communauté scolaire et la direction du Lycée, et pour nous tous, toute la lumière doit être faite sur ce drame qui nous bouleverse tous. Au-delà des enquêtes diligentées par les autorités chiliennes, les autorités françaises de tutelle du Lycée ont été saisies et contribueront à établir les circonstances exactes de cette tragédie.

Surtout, un tel drame ne doit plus jamais se reproduire.

Pour cela, l’effort de chacun de nous est nécessaire pour nous retrouver autour des valeurs humanistes qui sont le socle de l’éducation à la française : celles d’ouverture, de tolérance, de respect, d’écoute et d’attention à l’Autre, et de dialogue.

Afin de retrouver progressivement le chemin d’un certain apaisement, nous travaillons avec le Lycée à la création d’un espace de réflexion et de dialogue visant à aborder les conséquences de ce drame sous ses multiples dimensions, pouvant accueillir élèves, parents et enseignants, à rythme régulier, au sein de l’établissement, afin de nous aider à surmonter cette épreuve et à prévenir ce type de drame à l’avenir. Sans vouloir se substituer aux autres instances, notamment familiales, le Lycée doit, me semble-t-il, pour le bien-être et la sécurité de tous au sein de l’établissement, apporter sa pierre à cet édifice.

Dans ces moments difficiles, je voudrais redire ma profonde émotion et mon plein soutien aux élèves, aux parents, à la communauté scolaire et à tous ceux qui font vivre le Lycée Antoine de Saint-Exupéry, qui est l’une des plus belles illustrations de l’amitié franco-chilienne.

Caroline Dumas
Ambassadrice de France au Chili

14 septembre 2017

PDF - 41.9 ko
(PDF - 41.9 ko)

publie le 21/09/2017

haut de la page