Lire le discours de M. Edouard Courtial

Santiago du Chili, vendredi 2 décembre 2011

Monsieur l’Ambassadeur,
Mesdames et Messieurs,
Chers compatriotes,

C’est pour moi un véritable plaisir de pouvoir venir à votre rencontre ce soir dans le cadre de la tournée que j’effectue en Amérique Latine.

Je voudrais tout d’abord vous apporter le salut de la France dans ce Chili lointain mais dont on suit toujours avec attention les événements qu’ils soient tragiques, comme le grand séisme de février 2010, ou heureux, comme le sauvetage des 33 mineurs de la mine de San José en octobre 2010.

Comme vous le savez, les liens entre nos deux pays sont étroits : lorsqu’ils se sont rencontrés à Paris l’an dernier, nos deux Présidents de la République ont décidé d’établir un partenariat stratégique, permettant à la fois de mettre à profit la proximité de nos vues sur la scène internationale et de renforcer nos coopérations bilatérales, notamment dans le domaine de l’énergie.

La question de l’énergie, qui prendra de plus en plus d’importance dans les années à venir, on le voit bien en France, a fait l’objet, ici, il y a quelques jours, d’un colloque franco-chilien.

Les échanges sont fréquents, comme en témoigne la rencontre entre Messieurs Alvarez et Besson le 17 octobre dernier.

Quant à moi, je souhaitais venir au Chili afin d’établir un dialogue direct avec vous et vous dire toute la considération des autorités françaises pour l’action que vous menez dans ce pays, où la présence française est ancienne.

Certains d’entre vous, je le sais, appartiennent à des familles installées au Chili depuis des générations qui ont contribué de manière importante à son développement ainsi qu’aux échanges entre nos deux nations.

Le mausolée français du cimetière général où sont gravés les noms de près de 200 Français morts pour la France au cours des deux guerres mondiales témoigne d’un attachement profond à notre pays.

Aujourd’hui, nombre d’entre vous œuvrent au sein d’associations contribuant au bien public : Pompes France dans 5 villes du pays, Foyer des personnes âgées, membres des comités consulaires, responsables économiques regroupés au sein de la Chambre de commerce franco-chilienne ou du Conseil du Commerce extérieur de la France, membres des comités de gestions des lycées français ou des associations des Alliances françaises…

Votre communauté n’est pas seulement solidaire, elle est diverse et particulièrement dynamique.

Vous êtes plus de 11 000 inscrits dans les registres consulaires.
Votre communauté, qui a doublé en 20 ans, est désormais une des plus importantes communautés françaises d’Amérique Latine.

Nombreux sont les entrepreneurs, utilisant pleinement des compétences acquises en France, qui ont choisi le Chili pour développer un projet.

Français du Chili, vous êtes le premier relais de notre rayonnement et de notre influence dans cette partie du globe.

Votre dynamisme, reflet de celui des autres communautés françaises dans le monde, est un atout que notre pays doit pleinement utiliser.

C’est une des missions du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, dont le rôle consiste aussi à vous assurer l’appui des services de l’Etat dans votre vie quotidienne (Lycée français, administration consulaire, services économiques, Institut français, Alliance Française).

Dans ce cadre, je voudrais insister sur l’importance qu’attache le gouvernement, et que j’attache personnellement, à la représentation politique des Français de l’étranger.

Vous disposez bien sûr de l’écoute de vos conseillers à l’Assemblée des Français de l’étranger, vos élus de proximité qui connaissent et partagent vos difficultés, vos inquiétudes, vos attentes.

Les 12 sénateurs représentant les Français établis hors de France accompagnent les Français de l’étranger et expriment au Parlement leurs souhaits, les traduisant souvent en textes législatifs.

Ils participent également, via la réserve parlementaire, à des projets bénéficiant à vos institutions (ainsi récemment pour le foyer des personnes âgées à Santiago ou pour le lycée de Concepción afin, dans les deux cas, de réparer les dégâts dus au séisme).

Mais l’année 2012 marquera une évolution considérable pour l’expression des Français de l’étranger avec, en juin prochain, l’élection de 11 députés par les Français de l’étranger.
Cette élection vous permettra de vous exprimer directement et de faire entendre votre voix à l’Assemblée nationale.

Cette voix portera depuis l’Amérique latine, un ensemble géographique et linguistique dynamique attirant les entreprises et les Français qui, comme vous, tentent l’aventure de l’expatriation.

Le succès de ces premières élections législatives des Français de l’étranger, ce sera d’abord une participation élevée.

Il faut donc que vous vous inscriviez nombreux sur les listes consulaires.

Vous devez le faire avant le 31 décembre prochain.

Je compte sur vous ensuite pour aller voter et faire preuve d’esprit civique et républicain.

Ainsi, ces nouveaux députés seront réellement les porte-parole du plus grand nombre.

Votre participation sera le symbole d’une démocratie vivante, que beaucoup nous envient, à la hauteur de l’image de la France dans le monde.
_
En votant, vous enverrez aussi un message à la Nation : vous direz que vous avez pleinement conscience de faire partie de ce bel et grand ensemble que constitue la collectivité nationale, de ce bel et grand ensemble qu’est le Peuple français.

*
Mes chers compatriotes,

Ces quelques mots très simples, je souhaitais vous les adresser de vive voix.

Je sais combien il est important, pour affronter les défis auxquels on peut être confrontés dans un pays lointain, de disposer de l’appui de la mère patrie : je sais que la nature ici, si douce soit-elle en cette soirée, peut-être terrible.

Sachez qu’avec vous, avec vos associations, vos lycées, vos organisations, en étroit partenariat avec tous les services de l’Etat, nous avons pour objectif de vous aider à agir pour la France, son rayonnement et sa compétitivité dans ce monde globalisé.

Merci encore pour votre présence, pour votre travail et de votre engagement pour la France.

Vive la République, vive la France !

publie le 09/12/2011

haut de la page