Tremblement de terre - Que fait le consulat ?

La communauté française installée au Chili compte environ 11000 personnes, qui sont en droit de se demander ce que la France a fait et va faire pour eux compte tenu des circonstances. Voici en détails comment le consulat a répondu à la situation de crise et ce qui est prévu pour l’après terremoto.

Les zones les plus affectées sont prioritaires

L’expatrié français arrivant au Chili doit être conscient qu’il est sur le point de s’installer dans un des pays les plus sismiques au monde. Il reçoit donc dès son inscription au consulat une brochure des procédures prévues par le gouvernement et ce afin d’être préparé au mieux en cas d’alerte. Cependant il n’est jamais vraiment possible de se préparer complètement à une catastrophe de cette ampleur et tout système à ses limites.

La gestion immédiate de la crise

Le rôle du consulat dans un cas pareil est de faire le lien entre les communautés françaises installées sur le territoire, et la France, à savoir les agents de la cellule de crise du Quai d’Orsay. Ce lien sert en premier lieu à définir les besoins dans l’urgence. Des comptes rendus complets mais concis (circonstances obligent) sont transmis par le consul à la cellule de crise du Quai d’Orsay afin de les aider à déterminer les priorités et les moyens qui seront mis en place.

En ce sens le gouvernement français a été un des premier pays à envoyer de l’aide, principalement en réponse aux demandes spécifiques de la Moneda. Concrètement, un avion a été envoyé avec à son bord une machine à dialyses convoyée directement sur ce qu’il reste de l’hôpital de Talca ; des tentes et épurateurs d’eau en réponse aux premières nécessités d’urgence ; des produits non périssables qui ont été distribués à la communauté française puis aux chiliens ; enfin une équipe de sismologues et leur matériel de pointe, afin de pallier à la destruction des appareils chiliens.

A bord se trouvaient également 2 médecins, envoyés spécifiquement pour la communauté française la plus touchée et qui n’avait pas accès aux soins courants ; un psychologue, qui se trouve toujours dans la région du Bio Bio où les traumatismes sont plus forts ; 1 architecte civil de l’ONG Architectes d’Urgence et deux ingénieurs civils. Après inspection des bâtiments de l’Etat français puis des propriétés privées des français qui le demandaient, ces trois derniers sont maintenant mis à la disposition de tous en totale collaboration avec les autorités chiliennes pour un travail d’expertise et d’aide à la reconstruction.

L’autre objectif, non moins important du consulat, est d’entrer en contact avec les français expatriés afin de définir leurs besoins, en priorité ceux qui se trouvent dans les zones les plus sinistrées.

Que tout le monde se rassure, le consulat agit, mais il met en priorité ses moyens au service de ceux qui ont tout perdu ou presque dans la catastrophe. Compte tenu de l’impossibilité de communiquer avec la région du Maule et du Bio Bio et après avoir constaté que Santiago était toujours debout, Le consul est immédiatement parti dans le sud afin d’aider au mieux les Français installés dans la zone critique et d’établir le fameux bilan pour le Quai d’Orsay. Il a voyagé avec un convoi de vivres de première nécessité et le plus important pour les populations alors coupées du reste du monde, un centre de communication et un groupe électrogène.

En parallèle la cellule de crise installée à Santiago a aidé beaucoup de voyageurs français de passage au Chili à joindre leurs familles, remonter sur Santiago pour certains, trouver un logement d’appoint pour ceux qui restaient bloqués dans la capitale et quitter le pays une fois que les voies aériennes ont été ré-ouvertes.

Et demain ?

Une fois la situation de crise immédiate passée, il faut penser aux besoins des communautés :

La gestion des citoyens français à l’étranger est très différente de celle qui est appliquée intra muros, la priorité allant aux personnes âgées, malades ou handicapés et aux enfants en situations familiale difficiles, soit la population non active.

Néanmoins, au fur et à mesure du retour à la normale, des aides sont mises en place pour le reste de la population. Ainsi, pour les personnes ayant perdu leur travail, la chambre de commerce à mis en place une Bourse à l’emploi subventionnée par le Consulat.

Une réunion a été organisée avec la Chambre de Commerce Franco- Chilienne afin de faire un état des lieux avec les entrepreneurs et les travailleurs indépendants. Le Consulat entend se focaliser sur les situations individuelles afin d’aider au mieux les personnes dans le besoin.

A l’instar du téléthon chilien, un projet de rassemblement de fonds pour la communauté française touchée est en projet et le Consul précise qu’en cette saison d’attribution des bourses scolaires, les cas seront étudiés de façon personnalisée et les attributions prendront en compte les évènements sismiques et leur incidence sur les revenus ou logements des familles.

Une fois le bilan dressé, il faudra attendre la décision du Quai d’Orsay qui est le seul habilité à envoyer les moyens d’alléger les problèmes des expatriés. Chaque cas est soumis à l’appréciation de la cellule de crise parisienne qui donne une réponse et octroie les moyens adéquats aux besoins exprimés.

- Pour en savoir plus

- www.onemi.cl/

publie le 18/10/2012

haut de la page