Vie pratique


1. Numéros d’urgence

Les trois numéros à retenir sont :
-  Aide médicale d’urgence (Ambulancias) : 131
-  Pompiers (Bomberos) : 132
-  Police (Carabineros) : 133

Un moyen pour les retenir facilement : le numéro commence toujours par 13, suivi de la position de la lettre dans l’alphabet : 1 pour A (Ambulancia), 2 pour B (Bomberos), et 3 pour C (Carabineros).

2. Logements temporaires

Lors de votre arrivée, vous souhaiterez probablement un pied-à-terre pour quelques semaines, le temps de trouver un logement plus adapté.

Pour les logements temporaires, deux possibilités s’offrent à vous :
-  les appartements-hôtels
-  les appartements meublés

Ces locations servent de pied-à-terre le temps de trouver un logement plus adapté. Elles sont disponibles à la journée, à la semaine ou au mois. C’est la solution la plus simple et flexible si vous arrivez dans le cadre d’une expatriation

En voici trois :

Eurotel : +56 26 188 100
www.eurotel.cl
mail : reservas@eurotel.cl
El Bosque Norte 0124, Las Condes
- Un hôtel situé à Las Condes, avec quelques junior-suites, comprenant une petite cuisine. Bien pour quelques jours, mais probablement pas pour un mois complet

Vespucci Suites : +56 27 506 500
www.vespuccisuites.cl
mail : vespuccisuites@manquehue.net
Americo Vespucio Norte 1473, Vitacura
- Probablement un des appartements-hôtels le plus proche de l’Alliance Française. Cadre légèrement suranné, agréable terrasse en été, avec petite piscine.

Boulevard Suites : +56 24 215 000
www.boulevardsuites.cl
mail : info@boulevardsuites.cl
Kennedy 5749, Las Condes
- La chaine d’appartement-hôtels situé au-dessus de l’hôtel Marriott, à partir du 26e étage. Vue incroyable sur la cordillère des Andes, et accès à tous les services d’un hôtel 5 étoiles.

Si vous souhaitez une solution plus économique, il vous est possible de réserver un appartement meublé via les nombreuses plateformes de mise en relation entre propriétaires et locataires. Au Chili, vous trouverez le plus de choix sur les sites AirBnB et Booking.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site de Santiago Accueil, pour des conseils et bonnes adresses.

3. Logements longue durée

Pour vos recherches de logements, mieux vaut prendre quelques jours pour visiter les quartiers et savoir où vous voulez vivre, ainsi que les endroits à éviter. La plupart des familles françaises en expat vivent à Las Condes, Vitacura et Colina. Les plus jeunes vivent en général à Santiago Centro, Providencia, Nuñoa ou Las Condes, proche des lignes de métro.

Les agences immobilières sont, comme en France, le moyen le plus pratique pour trouver un appartement ou une maison. Leur commission s’élève à 50% du loyer mensuel, auquel il faut rajouter la TVA de 19%.

Portalinmobiliario.com est le site de référence pour les recherches immobilières sur internet. Il peut cependant être difficile de s’y retrouver car la qualité des descriptions et des photos n’est pas toujours au rendez-vous, et beaucoup d’annonces anciennes restent en ligne alors que le bien est déjà loué.

Vous trouverez ci-dessous quelques agences ayant un interlocuteur francophone pouvant vous aider. Pour plus d’informations et de conseils, vous pouvez également consulter le site de Santiago Accueil.

Bretagne Propiedades
https://www.bretagne.cl/fr/
Mail : info@bretagne.cl
Tel : +56 9 5102 9285

Languedoc SpA
https://www.chileimo.com
Mail : languedocspa@gmail.com
Tel : +56 9 8294 8622

Loc Expat
http://loc-expat.com/
Mail : loc.expat@gmail.com
Tel : +56 9 7808 9823

Maudier Propiedades
http://www.maudier.cl
Mail : info@maudier.cl
Tel : +56 2 233 59130

Lors de signature du contrat de bail, il vous faudra :
-  une pièce d’identité, de préférence la carte d’identité Chilienne (avec le RUT, le numéro national d’identité), ou à défaut un numéro de passeport
-  un contrat de travail sur lequel figure votre salaire annuel, ou tout autre justificatif permettant d’accréditer une source de revenu
-  un chéquier afin de payer la caution, les frais d’agence et le mois de garantie.

D’autres pièces justificatives peuvent vous être demandées, ainsi qu’une personne qui se porte garant (“codeudor solidario”, parfois appelé “aval”). Votre société peut éventuellement se porter garant, ou signer pour vous.

4. Monnaie / Banque

La monnaie nationale est le Peso Chilien (CLP, également abrégé en $, ou CL$). Attention à ne pas confondre le symbole du peso chilien $ avec le symbole du dollar.

Entre 2015 et 2017, le taux de change euros / pesos a fluctué en moyenne entre les valeurs suivantes : 1 euro pour 650 pesos, et 1 euro pour 750 pesos. Pour obtenir le taux de change du jour, vous pouvez consulter le site www.oanda.com.

Les banques et les casas de cambios (maisons de change) se chargent de vous fournir en monnaie locale à partir d’euros ou de dollars. Elles sont nombreuses dans les grandes villes. A Santiago, la calle Agustinas comporte beaucoup de maisons de change et est réputée pour proposer des taux de change attractifs.

Il convient de noter que les banques ne sont généralement ouvertes que de 9h à 14h.

Vous pouvez également obtenir des espèces via les distributeurs automatiques. Ceux-ci plafonnent chaque retrait à $200,000. La somme maximum que vous pouvez retirer par jour dépend du plafond de retrait défini par votre banque. Ils acceptent sans problème les cartes Visa et Mastercard, dès lors que vous avez prévenu votre banque de votre voyage. Depuis 2016, la plupart des distributeurs automatiques prélèvent une commission de $5,000 sur les cartes étrangères.

5. Santé

Le système de santé Chilien diffère quelque peu du système de santé français. En France, nous avons une sécurité sociale commune à tous, à laquelle chaque employeur décide d’adjoindre ou non une mutuelle complémentaire, généralement commune à tous les salariés d’une même entreprise.

Au Chili, chaque personne salariée verse 7% de sa rémunération au titre de la santé. Cette somme peut-être versée :
- à la sécurité sociale Chilienne, la FONASA,
- à une mutuelle (ISAPRE).

Les deux systèmes sont mutuellement exclusifs, ils ne se complètent pas. Vous devez choisir entre FONASA et ISAPRE. Le régime public (FONASA) est surtout choisi par les personnes possédant un faible salaire.

La plupart des français travaillant comme salarié au Chili optent pour une ISAPRE. Il en existe 6 ou 7 ouvertes au grand public (les autres sont des régimes spéciaux), qui proposent des prestations globalement équivalentes. Le choix dépend surtout de la clinique où vous souhaitez vous faire soigner. En effet, chaque ISAPRE va négocier des accords différents avec les cliniques. Nous vous déconseillons de souscrire à une ISAPRE auprès d’un commercial de celle-ci. En effet, ceux-ci sont commissionnés et vont essayer de vous vendre le plan le plus onéreux possible.

Cliquez ICIpour plus d’informations sur les ISAPRE et le système de santé chilien en général.

publie le 17/10/2017

haut de la page